Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2010

Comment y aller ?

En allant au fond de nous-mêmes, nous découvrons que nous avons exactement ce que nous désirons.

Simone Weil

Cela me rappelle quelque chose... Un jour j'ai emprunté un chemin pour aller au fond de moi... Je ne peux pas vous affirmer que j'y suis arrivée.... Mais... mais j'ai découvert ce que je désirais... plus exactement j'ai découvert plein de choses que j'avais en moi depuis toujours et que je n'avais jamais vues.

Et toutes ces belles choses (les mauvaises je les ai rejetées) je ne suis pas seule à en profiter  aujourd'hui.

Mon chien ? les poissons ? non je ne crois pas qu'ils aient constaté la moindre différence, mais dans mon entourage proche, mes nouvelles relations,   les autres...  la vie est plus agréable. qu'avant que je décide de prendre soin de moi, que j'aille farfouiller au fond de mon cerveau, mon coeur, mes tripes...! Je vous promets qu'il y avait quelques "trésors bien cachés".... mais si, c'est vrai !  J'en connais ici qui pourraient témoigner..... :-)

 

28/05/2010

Ce soir....

 blogspi.jpg

Ce soir l'air est léger... les fleurs du catalpa diffusent une odeur... au fait comment partager une odeur, un parfum ! Vous pouvez coller votre nez contre l'écran... on ne sait jamais !

L'air est léger et mon coeur aussi ! C'est assez rare pour que je vous le signale :-)  J'attendais une réponse avec une certaine angoisse. Si elle avait été négative j'aurais porté un poids énorme sur... l'estomac ! C'est comme ça que je vis l'angoisse, mal au plexus, plus exactement.

Inutile que je vous raconte toute l'histoire; si je vous dis que j'avais devant moi une montagne que je pensais ne jamais pouvoir escalader; puis, un jour j'ai décidé de m'y attaquer. Cela n'a pas été une partie de plaisir, il m'a fallu du temps, beaucoup de persévérance, quelques brins d'espoir, des encouragements amicaux,  et voilà mes efforts récompensés.

Ce n'est pas un hasard ! Le travail que j'ai fait sur moi et que je fais maintenant avec d'autres personnes m'aide à "grandir" ! Et, croyez moi, ce n'est pas fini !

Quand on décidé de prendre sa vie en mains, d'en être "l'auteure",   il y a du pain sur la planche... du pain savoureux, délicieux ! Chaque bouchée renforce le désir de prendre soin de soi et des autres ! L'un ne va pas sans l'autre.Et tout le monde est gagnant !

 

 

01/04/2010

Un an déjà...

Saul Steinberg.jpg
Saül Steinberg

 

Un an déjà ou un an seulement  ?   Pourquoi me poser une telle question et chercher une réponse   cela ne sert à rien : je constate, me souviens, c'est tout.

Il y a un an, j'ai décidé et j'ai  pu  dire...... enfin... "MA THÉRAPIE NARRATIVE EST TERMINÉE".

J'aurais pu dire au passeur, merci de m'avoir aidée à atteindre l'autre rive, c'est en y posant le pied que j'ai compris que la traversée était terminée, je pouvais  m'engager sur une autre route.

Aujourd'hui si je regarde dans le rétroviseur, je vois quel beau paysage j'ai traversé, et si je regarde devant moi, ce paysage est de plus en plus beau.

Aujourd'hui, en me formant, pratiquant, je vois aussi qu'une thérapie n'est jamais vraiment  terminée; le chemin n'est pas le même, pourtant on ne le quitte jamais,

Avancer, progresser, grandir... régresser parfois !

Alors à quoi bon me direz vous ? Peut être parce que j'ai beaucoup appris sur MOI. Parce que aujourd'hui,   je ne survis pas, je VIS.

Attention, ça ne veut pas dire que je me marre tous les jours; il m'arrive même (souvent) de pleurer.  J'essaye de gérer ces foutus problèmes qui ne disparaîtront jamais...

Peut être pas très clair pour tout le monde  : J'AI DONNE DU SENS À MA VIE.

Pourquoi je vous le dis ? parce que j'ai envie de partager ce moment important (très), un sacré virage dans mon parcours de vie.

 

 

 

14:33 Publié dans blog narratif | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : thérapie, fin

23/01/2010

Nos histoires !

Certaines rencontres... des mots reçus... ces mots que j'aurais pu écrire !

Il y a quelque temps,     j'ai croisé une femme (une amie aujourd'hui) qui, comme moi, a perdu son père alors qu'elle était enfant.  Elle m'avait raconté quelques souvenirs "vécus" ! De beaux moments de vie gravés en elle. En conclusion elle disait :

"Parmi ces souvenirs, quels sont les vrais souvenirs et quels sont ceux que j’appellerais des pseudo-souvenirs. Le fait même de les écrire, les précise donc les altère. Il les révèle et, tout à la fois, il les fane. L’image du départ de mon père, par exemple, est un souvenir vraisemblable. Mais justement pour cela, il me paraît le moins probable. Une petite fille de cinq ans peut-elle se rappeler les choses aussi distinctement : les pleurs de la grand-mère, le ton angoissé de la mère et les associer au départ de son père. Elle perçoit indubitablement une situation inhabituelle qui survient dans son entourage familier, a-t-elle pour autant la faculté d’en comprendre le motif ? Je ne le pense pas. Car alors que, sachant mettre des mots sur son malaise, elle cesserait de l’éprouver."

Je crois me souvenir avec précision de la dernière soirée passée avec mon père. C'est peut être une belle histoire à laquelle je m'accroche, un souvenir d'amour entre nous, un chemin pour le faire vivre, exister en moi encore aujourd'hui ! Je ne sais pas si cette histoire, je l'ai vécue...   à quoi bon  chercher à savoir ? une certitude l'amour était... est toujours présent !

Nos images sont différentes, celles que je revois, à partir desquelles je "monte" (invente ?) mes histoires, sont elles réelles ?  Cela n'a pas d'importance,   je tiens à garder ces souvenirs comme une réalité. Quand j'en parle je dis la vérité... MA vérité.

J'adhère au club ouvert à tous :   "L'ESPÈCE FABULATRICE"; je ne suis pas la seule, il y a foule....  Pour comprendre - oui je sais je me répète, osez le dire, je radote :-) -  lire "l'Espèce Fabulatrice" de Nancy Huston (Actes Sud).

 

 

 

17/01/2010

beaucoup à dire ?

C'est vrai, hier j'avais envie ou besoin de venir ici vous parler de moi. J'hésite... je ne sais pas si j'arriverai à faire passer ce que je ressens  en ce moment.

Je vis en compagnie    de personnes vivantes ou mortes, en moi résonnent des musiques, des mots, des histoires... je me souviens de ceux/celles qui m'ont aidées à me construire, dont j'ai suivi l'exemple sans même le savoir. Il suffit d'un mot, d'une action unique... de peu de choses ! Des lectures m'ont "marquées", des images.... tout ce que j'ai vécu, imaginé, rêvé,  sans m'en rendre compte sur l'instant, habite  aujourd'hui ce que Michael White appelle notre "Club de Vie"  (je vous invite à lire le dernier post publié sur Errances Narratives)!

Voilà, pour ce soir c'est tout !