Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2009

Vrai ou faux ?

Un mot assassin !

Cela se passait... je ne me souviens plus quand ! Mais situer une histoire dans le temps, quelle importance ?
Il était une fois... des amis inséparables. Lorsqu'ils étaient éloignés les échanges "intensifs" se faisaient par courrier... téléphone !
Quand ils avaient la chance de se retrouver ils n'arrêtaient pas de se raconter des histoires, de se confier leurs petits et grands secrets, leurs espoirs et déceptions, leur vie quotidienne et leurs grands projets. Pas toujours d'accord, mais ils trouvaient toujours les mots, le ton... pour se le dire. Ainsi cette belle amitié n'a fait que croître et embellir.
Puis un jour, alors qu'ils étaient en vacances... se promenant bras dessus, bras dessous... cherchant un coin d'ombre... Est ce la chaleur ou le soleil qui leur a tapé sur le système ? Voilà que l'un d'eux, pour la première fois, s'adresse à l'autre sur un ton d'une rare agressivité. Ce dialogue n'est pas assez joli pour le rapporter ici. Bref, ils n'étaient pas d'accord... pour la première fois les mots ne pouvaient les rapprocher !
Voici ce que je peux vous raconter...
"Ce soir là - c'était un soir d'été - nous étions sous les marronniers, au fond du jardin. Après un de ces longs silences qui remplissaient nos promenades, elle quitta tout à coup mon bras, et me dit : Courons !" (phrase extraite de Dernier jour d'un condamné de Victor Hugo)
Courons... ce petit mot assassin était en fait le comble de l' agressivité... elle savait très bien que je ne pouvais pas courir... avec une jambe dans le plâtre.
Elle s'est enfuie, sans se retourner...
Je l'ai laissée partir et, depuis ce jour, notre belle amitié s'est envolée.
Je pense qu'elle avait de bonnes raisons pour cela, à l'époque je lui connaissais un paquet de problèmes... alors que les miens s'estompaient.
C'est curieux, elle n'a laissé ni vide, ni manque, en moi !
Je ne sais plus où j'ai lu ce qui me revient à l'instant "Il n'y a rien à perdre, car rien à posséder, juste accueillir, recevoir..."

19:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : souvenir, amitié, émotion

04/04/2009

Dis grand mère ?

Jamais mes petits enfants ne m'ont dit "dis grand mère", tout d'abord parce qu'ils m'appellent Mamina... ensuite parce que je leur ai toujours... tout dit sans qu'ils aient à le demander. Aujourd'hui c'est moi qui demande "dis ma chérie ca va ? tu as un drôle d'air aujourd'hui".... Et voila chérie se confie... Top Secret... une grand mère ne trahit pas ses petits enfants... quelle honte ce serait !
Mais sans révéler le moindre secret j'avais raison. Ma petite fille a un regard très lucide sur "sa famille". Et croyez moi à sa place je n'aurais pas un drôle d'air, je ferais carrément la gueule, je serais triste... à pleurer. Nous avons "échangé", cherché à comprendre !
Il faut alors trouver les mots qui font du bien, qui font sourire, rire... la petite fille ! Un bon goûter, une jolie musique, puis elle a dessiné (oui elle est très douée et adore ça)... Elle n'a même pas demandé à regarder "ses émissions" à la télé !
Ce que j'écris là peut paraître un peu décousu; ce qui est certain, ma petite fille m'a dit ce qu'elle "avait sur le coeur". Et c'est ça, précisément, qui fait du bien. Parler, s'exprimer, se confier... en toute confiance !
En me quittant, à l'instant, elle me dit tout naturellement "à demain Mamina"... "oui à demain ma chérie" avoir envie de se retrouver, n'est ce pas un signe de bonheur partagé ?

19:01 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : confidence, enfant, famille

03/04/2009

Les autres et les uns !

Nous avons tous un grand besoin des autres. En picorant à droite et à gauche nous avons l'opportunité d'apprendre et de récolter du bon grain ! qu'il nous faudra semer pour que d'autres le picorent à leur tour etc... etc...
Picorer c'est écouter, lire, essayer de comprendre... disons "tirer des leçons"...
Puisque nous sommes ici, sur un blog, nous n'avons pas choisi de vivre sur une île déserte. Qu'est ce qui nous pousse à raconter tout et rien, à se raconter, se déshabiller parfois. Personnellement je vais jusqu'à offrir à des inconnus une lecture de ce que je ressens comme le plus intime en moi... Comme cette thérapie, vous l'aurez compris, si vous avez lu ma note hier... Elle vient de se terminer... en beauté. S'il vous fallait une preuve, vous l'avez dans le commentaire du passeur lui même. Quelle émotion !
Alors me vient cette question : pourquoi ce besoin de dire, oh pas tout, mais un bon paquet de choses quand même !
Est ce pour communiquer à tout prix, partager... ! Parfois c'est justement un envie de semer une petite graine ! un oiseau passant par là pourrait la picorer et la laisser tomber sur un terrain fertile... elle grandira et, à son tour, portera des fruits... des graines... qui essaimeront vers d'autres lieux, personnes....
Ce qui me "fait grandir", ce qui est beau, juste... à quoi bon le cacher !
Merci à vous tous pour ce que vous m'avez appris, apporté... continuons ces beaux échanges enrichissants !


12:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : communiquer, échanger

30/03/2009

Etonnant hein ?

A la recherche de renseignements sur la possibilité de facturer en "note d'honoraires" des prestations de service je fais quelques recherches sur internet, notamment sur une certaine disposition qui permettrait une facturation hors TVA... D'autres dispositions permettraient de ne pas cotiser à je ne sais quoi.... voici le texte sur lequel je viens de tomber... Etonnant hein ?

"Article 1457 En savoir plus sur cet article...
Modifié par LOI n°2008-776 du 4 août 2008 - art. 61

Sont exonérés de la taxe professionnelle :

1° Les personnes qui vendent en ambulance dans les rues, les lieux de passage, les marchés, des fleurs, de l'amadou, des balais, des statues et figures en plâtre, des fruits, des légumes, des poissons, du beurre, des oeufs, du fromage et autres menus comestibles ;

2° Les chiffonniers au crochet, les rémouleurs ambulants.
etc.....
De rémouleurs ambulants il y a bien longtemps que je n'en n'ai pas croisé ! Que dire de l'amadou ? je sais parfaitement ce que c'est, je me souviens des "briquets à amadou" utilisés pendant la guerre... et bien utiles également quand le vent souffle en tempête... On se demande toutefois s'il est bien prudent de fumer ou de faire du feu dans ces moments là ???
Mais peut existe t il une nouvelle sorte d'amadou, celle qui permettrait d'amadouer notre prochain :-)))

Chers législateurs... chapeau et merci d'avoir également pensé aux balais et figures en plâtre !

12:58 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : impôts, législation

29/03/2009

Bizarre ?

Une histoire bizarre ? Voilà les faits. Un jour, aux puces de Barcelone, "Los encantes" accompagnées de mes deux filles, nous fouinons, sans chercher un objet particulier. Ensemble nous voyons un ours en peluche... il semblait nous appeler, il avait un regard lumineux...
Des yeux qui nous parlaient ! Sans aucune hésitation, ni le moindre marchandage, l'ours fut acquis. C'est assez banal...
Mais la suite l'est moins. Cet ours catalan d'origine, devait rester en Catalogne, c'était la moindre des choses. Nous l'avons donc laissé à
Cadaqués (vous connaissez maintenant depuis que j'en parle;.. si vous voulez des précisions, demandez....)
Ce qui est vraiment bizarre est que chaque fois qu'une des filles s'endormait avec lui, leur nuit était peuplée de cauchemars horribles.
Le pire est arrivé à ma fille aînée. Seule dans l'appartement, l'ours serré sur son coeur, elle n'a pas fermé l'oeil de la nuit. C'était hors saison touristique, personne dans le petit immeuble... rue quasiment vides... elle a entendu une enfant pleurer en appelant sa maman !Elle a eu le courage de regarder dans l'escalier, vide... dans la rue devant la maison... personne !
Qu'auriez vous fait à notre place ? Je vous avoue qu'après plusieurs expériences de nuits cauchemardesques.... nous nous sommes séparées de l'ours en peluche sans aucun regret.
Je vous promets que cette histoire est authentique.