Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2016

Trésor caché ?

lampe-3_292f0f6.jpg

On me dit "jette, jette..."

Non je n'ai pas une idée lumineuse

en gardant ceci ou cela...

Et pourtant.....

Cette lampe, je l'ai vue hier en vente

180€ sur le site Emmaüs.

J'ai la même en mieux à la maison.

 D'un joli bleu, elle est en opaline,

elle n'a qu'un "bourrelet" à la base.

Je l'avais achetée dans les années 80

50 fr chez un brocanteur

rue Saint Placide.

Alors, jeter ou garder ???

 

21/06/2014

Bof....

 

Il ne faut pas pleurer pour ce qui n'est plus mais être heureux pour ce qui a été.
 
Marguerite Yourcenar
 

 

Elle a peut être raison cette grande dame.

Mais parfois les larmes soulagent.

Elles sont un hommage à

ceux qui ne sont plus là,

et ça nettoie très bien les yeux

et le coeur des chagrins accumulés.

Peut être que cela aide

les bon souvenirs à "remonter".

01/02/2011

Folie du jour...

Et mauvais signe ! quand je range "à fond" c'est souvent signe de maladie, fièvre... Or, aujourd'hui, j'ai décidé de mettre de "l'ordre parfait". Pas ce qu'on appelle le ménage pour la belle mère, on range et nettoie en surface, on planque tout ce qui dérange...

J'ai quasiment transformé une chambre en grenier... c'est celle destinée aux petits enfants lorsqu'ils ont envie de venir tous les trois, lits superposés dans cette chambre, et un canapé dans le salon. Je crois qu'ils ne viendront plus jamais ensemble... mais sait on jamais ?

Par exemple, aujourd'hui, leur chaudière était en panne; avec la tramontane ça craint ! alors j'ai imaginé qu'ils pourraient passer la nuit chez moi.... Heureusement, mon gendre, Monsieur Yakataka...fokon, a supprimé je ne sais quelle pièce et ça remarche. Ma fille craint que la maison brûle cette nuit.... au moins ils n'auront pas froid :-(((

Demain... je continue ! un tas pour Emmaus... un tas pour la déchetterie... petites merdouilles direct à la poubelle... bref, de l'espace... Je me demande pourquoi j'ai tant de choses qui ne servent à rien, en apparence.

J'ai retrouvé le billet de train, le dernier voyage de ma fille pour Paris  12 mars 1996

Monsempron Libos/Paris Austerlitz... 229 francs. Un aller sans retour ! 

Il y a des poussières qui piquent les yeux !

19:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : ordre, souvenirs

05/03/2010

Demain mon frère aura....??

 

la fenêtre de ma chambre.jpg

Chez mon frère... et ma belle soeur !

Demain c'est l'anniversaire de mon frère. Il a dix huit mois de plus que moi... alors vous pensez bien que je ne vais pas vous dire son âge. Imaginez vous que ce brigand, lorsqu'il me présente à des amis, a le culot de dire "je vous présente ma soeur aînée"... oui, j'ai bien entendu, il ne dit pas "aimée". Pourtant, même si c'est un homme discret, silencieux, je sais qu'il m'aime.

Des exemples ? j'en ai à la pelle. A l'époque j'avais 8 ans, une peur panique des araignées. En vacances chez notre brave tante Georgette, il m'a fait courir pendant.... je ne sais pas... cela me paraissait des kilomètres, tenant dans sa main une araignée. Il voulait me la mettre dans le cou. Il a fini par m'avouer que ce n'était qu'un cheveu !

Une autre fois, j'étais toute petite, j'ai osé m'asseoir au volant de sa voiture à pédales. Vous croyez qu'il m'a laissé parcourir quelques mètres ? pas du tout. Il s'est assis sur le capot. J'avoue que je ne me souviens pas de cette histoire, mais j'ai une photo pour preuve. Flemme de la scanner !

Tiens, plus tard. Mon grand frère était journaliste; il a débuté dans la carrière en rapportant les faits et gestes de nos "célébrités". Il était donc invité partout... Un jour il m'avait promis qu'il m'emmènerait voir "Maison de Poupée", d'Ibsen. J'attends encore, je crois qu'il y est allé avec une poulette... une de celles qui n'arrêtaient pas de téléphoner à la maison... pffffttt. Il n'en n'a épousé aucune. Il en a choisi une autre qui, elle, ne l'appelait jamais. Il a "ciblé" juste,  ils sont encore mariés après.... oh.... longtemps, très longtemps !

Quand notre maman est morte, je sais qu'il a beaucoup pleuré, en cachette. (Un homme de sa génération ne montre pas ses larmes). Il lui téléphonait tous les jours. Mon frère est hyper sensible, cultivé, bigrement intelligent, il écrit, écrit, écrit... bien ! trop bien même. Il m'en a filé des complexes le coquin. Mais il ne dit jamais rien, il faut l'aimer comme je l'aime pour le sentir, le deviner !

Nous partageons une très grande souffrance dans notre vie, la perte d'un enfant; nous partageons aussi la joie d'être aïeul ! Il a quatre petits enfants (dont deux grands...) et moi trois !

Nous nous sommes re-trouvés en juillet dernier lorsqu'il a été si malade, je croyais qu'il allait mourir. Nous avons évoqué nos souvenirs, raconté nos histoires, un même évènement : nous l'avions vécu ou vu d'une façon différente...

Il s'est accroché, a tenu le coup, et vous voulez que je vous dise la vérité, je suis vachement heureuse de pouvoir l'appeler demain pour lui souhaiter un bon anniversaire !

Si par hasard tu me lis... mon frangin (il a horreur de ce mot) je t'aime.

J'ai les boules (il déteste cette expression) de ne pas être près de toi pour t'embrasser.

Quel âge as-tu déjà ? (il hait quand on lui rappelle son âge) !

ah bon, je croyais que tu étais plus jeune (je suis une vraie filoute).

Finalement, la famille ce n'est pas si mal, elle a de bons côtés, vous ne trouvez pas ?

 

 

19:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : anniversaire, souvenirs

23/01/2010

Nos histoires !

Certaines rencontres... des mots reçus... ces mots que j'aurais pu écrire !

Il y a quelque temps,     j'ai croisé une femme (une amie aujourd'hui) qui, comme moi, a perdu son père alors qu'elle était enfant.  Elle m'avait raconté quelques souvenirs "vécus" ! De beaux moments de vie gravés en elle. En conclusion elle disait :

"Parmi ces souvenirs, quels sont les vrais souvenirs et quels sont ceux que j’appellerais des pseudo-souvenirs. Le fait même de les écrire, les précise donc les altère. Il les révèle et, tout à la fois, il les fane. L’image du départ de mon père, par exemple, est un souvenir vraisemblable. Mais justement pour cela, il me paraît le moins probable. Une petite fille de cinq ans peut-elle se rappeler les choses aussi distinctement : les pleurs de la grand-mère, le ton angoissé de la mère et les associer au départ de son père. Elle perçoit indubitablement une situation inhabituelle qui survient dans son entourage familier, a-t-elle pour autant la faculté d’en comprendre le motif ? Je ne le pense pas. Car alors que, sachant mettre des mots sur son malaise, elle cesserait de l’éprouver."

Je crois me souvenir avec précision de la dernière soirée passée avec mon père. C'est peut être une belle histoire à laquelle je m'accroche, un souvenir d'amour entre nous, un chemin pour le faire vivre, exister en moi encore aujourd'hui ! Je ne sais pas si cette histoire, je l'ai vécue...   à quoi bon  chercher à savoir ? une certitude l'amour était... est toujours présent !

Nos images sont différentes, celles que je revois, à partir desquelles je "monte" (invente ?) mes histoires, sont elles réelles ?  Cela n'a pas d'importance,   je tiens à garder ces souvenirs comme une réalité. Quand j'en parle je dis la vérité... MA vérité.

J'adhère au club ouvert à tous :   "L'ESPÈCE FABULATRICE"; je ne suis pas la seule, il y a foule....  Pour comprendre - oui je sais je me répète, osez le dire, je radote :-) -  lire "l'Espèce Fabulatrice" de Nancy Huston (Actes Sud).