Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/07/2018

Antiquité...

Betamax.jpg

Acheté en 1981

si ma mémoire est bonne

J'ai misé sur le mauvais cheval. 

Pourtant l'image était excellente.

J'ai enregistré des films, des documents historiques...

Je me souviens de ce soir de janvier où,

venant d'apprendre la mort de ma maman,

nous avons regardé 

"Le crabe tambour"

Ces temps ne se sont pas enfuis

puisque ma mémoire les porte en elle 

pour toujours.

Mais que faire de cet ancêtre ?

Sur le Bon Coin, des collectionneurs

semblent intéressés.

Oh comme pour toutes les vieilles machines,

dont je suis un exemple, 

il faut prévoir une bonne révision.

:-)

12/07/2018

Choquée ???

Pas très important 

mais quand même...

étonnement...

À la limite de l'indignation !

Macron va à Moscou pour une hypothétique demie finale

et ne se déplace pas aux Invalides

pour l'hommage à Claude Lanzmann. 

J'espère qu'il a une bonne excuse.

Je l'attends ici LOL

 

07/07/2018

7 juillet 1964

Chapelle P Lligat.jpg

Te souviens tu nous y sommes allées ensemble quelquefois pour dire au revoir à l'une ou l'autre. Tu reconnais la chapelle de Port Lligat qui domine la maison du maître...
Peut être fêtes tu ton 54ème anniversaire avec les esprits envolés de ceux et celles qui sont je ne sais où avec toi.
Est ce qu'on se retrouve, se rencontre, se croise... ?
Est ce que tout ou rien n'existe ?
Evidemment je n'ai pas de réponse et toi, coquine, depuis le temps que je te demande de me faire un petit signe... rien, nib de nib... le silence total pour seule réponse.
Mon amour, comme toujours je ne t'en veux pas, et une fois encore je te pardonne.
Quelles preuves d'amour puis je te donner maintenant ?
Toutes et aucune... tu es toujours vivante en moi.
Ce soir ta soeur m'invite à dîner, rien que nous deux... Non, nous trois parce que tu seras présente, vivante en nous.
Je t'aime, je t'aime... que ces mots sont dérisoires.
Je t'ai porté en moi et tu y es encore, pour toujours.

02/07/2018

78651 son numéro

rue des vignes.jpg

Oui, hier matin, j'ai regardé tout tout.
J'ai pleuré... oh non, pas parce que je connaissais personnellement Simone Veil, son mari ou des membres de sa famille.
Peut être parce que j'aurais pu être arrêtée en avril 1944 là au 73 rue des Vignes à Paris XVIème... 
Ce n'est pas la première fois que je le dis ici, de mère juive, j'étais considérée comme juive et je pouvais être arrêtée et déportée.
Miracle ce n'est pas arrivé.
En avril 1944 j'avais 10 ans et 7 mois. Les Allemands étaient omniprésents et je crois que je n'en avais même pas peur, j'éprouvais du dégoût et peut être de la haine si à cet âge c'est possible.
Le 4 mai 44 communion solennelle pour tromper l'ennemi. Il faut croire que ça a marché !
Hier matin oui j'ai pleuré, je n'ai pas eu simplement un peu d'humidité sur les yeux, non de vraies et grosses larmes.
Pourquoi ? Toute cette partie de mon enfance est remontée,
j'ai tout revu, ressenti, revécu... et être là bien vivante c'est tellement émouvant parce que peut être improbable ?
Pourquoi moi et pas elle, et les millions de victimes ?
Aucune culpabilisation mais voilà la tristesse est là. Vous allez me dire que les souvenirs d'enfance sont peut être le regret d'un
temps révolu; oui, je suis une vieille bique aujourd'hui, mais je
ne connais pas cette nostalgie.
C'est un bout de ma vie qui n'a pas été totalement malheureux grâce à maman qui a tout fait pour nous protéger et dont l'amour a sans doute permis au miracle d'exister.
Voilà.