Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/06/2010

Sacré Jules !

"Paresse : habitude prise de se reposer avant la fatigue".

Jules RENARD

C'est ma paresse naturelle qui me pousse à publier des notes insipides, vides de tout contenu... et parfois totalement délirante ! par exemple celle d'hier à propos des sondages et des élections présidentielles... Voici votre réponse Loïc et Olivier (merci pour cette première visite commentée; je suis allée sur votre blog, ça vole très haut et j'aime)

Ne rien faire, ne pas penser... juste se laisser aller... rêver et pourquoi pas s'endormir, quelle que soit l'heure du jour !

06/06/2010

Quelle différence ?

Dimanche, repos... Je me contenterai de publier sur mon blog deux citations, la première reçue hier, et la seconde ce matin !

Une question tout de même, de quel sommeil est-il question ?

Les hommes dans leur sommeil travaillent fraternellement au devenir du monde.
Héraclite

C’est toujours par le sommeil que les grandes choses commencent. C’est toujours par le plus petit côté que les grandes choses arrivent.
Christian Bobin

30/05/2010

Tout va très bien madame la marquise !

 marquise.jpg

Une heure de conversation vaut mieux que cinquante lettres.

Madame de Sévigné


25/05/2010

Fallait y penser !!!

Tout paraît impossible jusqu’au moment où l’on agit ; alors, on s’aperçoit que c’était possible.

Evelyn Underhill

11:38 Publié dans blog citation | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : agir, oser

24/05/2010

de Platon

On peut en savoir plus sur quelqu'un en une heure de jeu qu'en une année de conversation.

Platon

Quel jeu imaginez vous ?  jeu de mots ???

A propos de jeux, je me souviens : ma grand mère nous disait toujours "jeu de mains, jeu de vilains" ! Je ne me souviens pourtant pas d'avoir battu qui que ce soit ou m'être bagarrée.... Ah ! si pourtant, un jour j'ai filé une grande baffe à ma tante qui m'avait insultée me traitant de "merdeuse". J'avais alors 16 ans. Je lui ai répondu "je ne suis pas une merdeuse, mais porte le nom de mon père".... "c'est pareil", répond elle !

C'est alors que très calmement je lui dis "si mon père était vivant il t'aurait giflée"....... elle m'est tombée dessus comme une folle dingue... à un moment je ne sais plus comment j'ai "réussi" à lui balancer une superbe gifle !  Beau souvenir quand même, parce que, franchement, vous ne trouvez pas qu'elle la méritait ???