Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/12/2009

el Trinchat, c'est quoi ça ?

J'étais venue écrire une bonne petite recette des familles... mais priorité à la pétition !

Voilà une fameuse recette; en ces temps d'abus gastronomiques gras et indigestes, dont les spécialités ne sont pas à la portée de tous...  vous verrez qu'il est possible de s'éclater la panse pour "chic et pas cher".

Recette pour 4 à 6 personnes suivant les appétits :                                                                                                              Ingrédients :   1 chou frisé  - 6 grosses pommes de terre "à purée"  -300 gr de lardons fumés - 3 à 4 c à soupe d'huile d'olive  -    - sel celui des  si les lardons ne suffit pas  - et si vous aimez le poivre vous pouvez en mettre suivant votre goût ! personnellement je n'aime pas, ça pique et empêche d'apprécier la saveur et la finesse d'un plat ! à la rigueur... un soupçon !

Après avoir lavé et enlevé les plus grosses feuilles du chou, le plonger dans l'eau bouillante salée pendant 15 mn environ. La durée dépend évidemment de la taille du chou... Attention s'il est très gros et lourd avant de le faire "blanchir" assurez vous qu'il n'y pas de bébé à l'intérieur. On ne sait jamais en ces temps de nativité....

Faire cuire les pommes de terre épluchées simplement à l'eau salée.

Dans une sauteuse mettre l'huile d'olive, ajouter les pommes de terres (cuites évidemment) que vous écraserez à la fourchette.

Hachez le chou sur un planche à l'aide d'un hachoir à main ou avec un bon couteau.  Ajouter ce hachis aux pommes de terre.

Ensuite ajoutez les lardons et mélangez  bien à cette purée.

Faire cuire à feu moyen pendant 15  à 20 mn à feu dit moyen, en surveillant. Le dessous de cette sorte de galette doit être dorée. Retournez et faites subir le même sort à l'autre face de la galette. (retourner sans tout mettre par terre est tout un art ! en Catalogne il existe un plat spécial pour le faire, une assiette de la taille de votre sauteuse fera aussi bien l'affaire... gaffe aux brûlures.....!

Servez très chaud, arrosé du nectar de votre choix; de préférence rouge !

Une variante essayée ce soir, j'ai remplacé les lardons par de la saucisse dite de  Montbéliard coupée en morceaux. Je vous jure que c'est pas dégueu du tout.

N'oubliez pas le nom de cette spécialité....  "el TRINXAT"   prononcez trin'chat... en catalan X se dit comme notre "ch" dans chat !

Bon appétit.

16/08/2009

Un truc... malin !

Chers amis du jour.... bonjour !

Savez-vous quel est la meilleure recette pour  ne pas rater une mayonnaise... mais oui, même par une chaleur caniculaire, obtenir une sauce ferme, lisse, brillante.....  il faut simplement  l'acheter en pot... prête à servir ! Peu importe la marque, si vous regardez la composition, elles se ressemblent toutes.

Arf... arf... LOL... pas futée la mère Françoise... elle se fout de nous ! Pas du tout répond-elle...... Grande et généreuse, comme toujours (?) je vous offre mon truc ! Après avoir  appliqué toutes les recettes, conseils et secrets de Polichinelle... j'ai enfin découvert la VÉRITABLE RECETTE DE LA MAYO QUI TIENT LA ROUTE !

Que l'oeuf et l'huile soient à la même température n'est pas obligatoire... mais ce n'est pas plus mal.

Le secret : pas de batteur, mixeur, d'oeuf entier etc.....

Dans un bol mettre un jaune d'oeuf, verser quelques gouttes d'huile (olive, arachide, tournesol) et voilà le   truc : utiliser un petit fouet à main pour faire prendre l'émulsion... au début verser l'huile petit à petit... et lorsque le mélange est ferme, lisse, brillant... n'ayez pas peur d'en verser une bonne dose. Si vous aimez une sauce forte, vous pouvez ajouter  de la moutarde...  forte.

Suivant le plat que vous servirez  un peu de vinaigre ou de citron (pour le poisson un délice) sera la touche finale indispensable. Ah ! attention au sel... vous le doserez en fonction des "additifs"... Je ne mets jamais de poivre, parce ça.....pique !

Pour une sauce dite "cocktail" qui accompagne crevettes et autres bestioles, il suffit d'ajouter un peu de ketchup !

Et demain, la sauche Béchamel inratable ? ça vous tente ?

 

10:11 Publié dans Une recette | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : élémentaire

15/08/2009

Suite, mais pas fin....

Hier j'ai évoqué la recette du riz de ma grand mère.  Elle est assez classique et pourtant....

Surtout ne pas choisir ces riz de l'oncle machin,   qui ne colle jamais !  !  Un riz blanc, long,  ou une variété Basmati ou Thaï.... c'est parfait. En principe je mesure le riz avec un verre à eau. La quantité dépend de l'utilisation. En accompagnement je mets généralement un verre pour 2 à 3 personnes...

Indispensable... obligatoire... Mettre le riz dans une passoire et le laver à l'eau courante. Bien égoutter.  Porter de l'eau salée à ébullition : proportion : 1 fois et demi le volume de riz... au pif !    Chauffer modérément de l'huile (moi je fais tout à l'huile d'olive... vous faites ce qui vous plaît)  dans une casserole et  faire revenir le riz à feu doux. Tous les grains doivent être enrobés d'huile. Verser l'eau bouillante salée sur le riz. Cuire à feu doux à moitié recouvert.... d'un couvercle.  Dans une petite casserole faire fondre un bon morceau de beurre. Attention il ne doit pas rester blanc, ni brûler.... une couleur légèrement dorée indique le point de cuisson idéal.  Versez ce beurre sur le riz et dégustez.

Le grand avantage de cette recette, me disait ma grand mère, c'est qu'elle permet de   réchauffer le riz, parce qu'il ne "colle pas" ne se met pas en boule ! Alors, si vous en avez préparé un peu trop.... ne le jetez pas !

Comme toujours pour les proportions et les temps de cuisson, il faut tâtonner, adapter. Suivant la qualité du riz il faut plus ou moins d'eau....

Variante délicieuse : on peut ajouter au riz quelques petits pois !

20:06 Publié dans Une recette | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : cuisine

14/08/2009

Du nouveau...

Oui, un peu tard pour ce soir ! Mais dès demain, 15 août... jour de fête, de repos... hélas pas pour tout le monde. Je vois des annonces un peu partout dans mon coin "notre magasin sera ouvert le 15 août toute la journée"... Spécialement les surfaces grandes, petites ou moyennes. Et tout ça pour des prunes pour celles et ceux qui vont aller bosser, pendant que le "boss" se tapera la cloche.  Alors ce n'est pas une recette pour les riches..... Elle me vient de ma grand mère, qui cuisinait comme..... personne !

Boulettes de viande aux poireaux. pour 4 à 5 personnes.  500 gr de boeuf haché +100 gr de veau haché. 2 kg de poireaux, citron, huile d'olive, farine, sel, poivre.  Préparation 20 à 30 mn suivant dextérité de l'exécutant... Cuisson à feu doux : 30 mn, généralement pas plus....

Commencer par cuire les poireaux, si possible à la vapeur. En exprimer toute l'eau, en les pressant dans un torchon, par exemple. C'est important pour la réussite finale; hachez les poireaux dans un mixer ou sur une planche avec un hachoir à main ! (ma grand mère n'avait pas de mixer, de son temps, ça n'existait pas)  Dans le récipient de votre choix (c'est vrai on vous dit toujours dans un bol, un saladier...) mélanger à la main les deux viandes hachées avec un jaune d'oeuf, puis ajouter les poireaux; tout doit être "intimement mêlé". Saler, poivrer à votre goût.

Former des boulettes de la taille d'une pêche aplatie (variété maintenant connue); puis rouler chaque boulette dans un peu de farine.

Presser un citron. Faire chauffer modérément de l'huile d'olive (3 c à soupe env) dans une sauteuse. Y déposer les boulettes, les retourner après à peu près  5 mn   de cuisson.. Arroser du jus du citron. Couvrir la sauteuse. Laisser cuire à feu doux pendant au moins... heu.... tout dépend de "votre feu doux". L'idéal est une plaque à induction réglée sur 4/5 au départ puis 2/3. Sur le gaz, pour adoucir la flamme, vous pourriez déposer entre le feu et la sauteuse un truc genre grille-pain ou plaque métallique... Si le feu est trop fort, le jus s'évapore, la viande brûle... catastrophe ! Surveiller en cours de cuisson et surtout goûter. Peut être faudra-t-il ajouter du citron... ou un peu d'eau, très peu....

L'avantage de ces boulettes est que vous pouvez les déguster, chaudes, tièdes ou froides. Autre particularité, vous pouvez les préparer la veille pour le lendemain, les emporter en pique nique... en donner aux voisins, à vos amis,  à votre vieille tante et même un petit morceau au chien ou au chat. Tout le monde aime ça !

Chaudes accompagner d'un riz délicieux préparé  à la façon de ma grand mère (ce sera pour la prochaine fois)...  Si vous les savourez  tièdes ou froides une belle salade verte fera l'affaire.

Comme toujours dans une recette, il y a une part d'improvisation, d'intuition... et d'adaptation. Une autre fois, peut être ajouterez vous du citron... changerez les proportions de viandes ou poireaux !

Si je me suis plantée ou bien que vous n'aimez pas... désolée. Je ferai mieux (peut être) la prochaine fois !

BON APPÉTIT !